Exhumer

Sous le sapin : sélection de la rédaction

Adrien Genoudet

Elisabeth Schmit

Gaetan Bonnot

Pauline Guillemet

Rémy Besson

Florie Varitille

Adrien Genoudet

Adrien Genoudet est écrivain, cinéaste et chercheur en histoire visuelle. Il est docteur en arts et en cinéma après avoir soutenu une thèse intitulée « L’effervescence des images : les Archives de la Planète d’Albert Kahn » en 2018. Il est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) au Collège de France, attaché à la chaire du Pr. Patrick Boucheron depuis septembre 2016. Il enseigne le cinéma, l’histoire et les arts visuels à Sciences Po Paris et à l’École Européenne Supérieure de l’Image (ÉESI). Il a également enseigné à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il a publié un premier essai "Dessiner l’histoire. Pour une histoire visuelle", [préface de Pascal Ory] (2015) et est l’auteur d’un premier roman, "L’Etreinte" (2017) et de plusieurs films présentés en centre d’arts et en festivals. En 2017, il est lauréat du premier prix de la Fondation Hugot du Collège de France. Depuis octobre 2018, il est rédacteur en chef de la revue Entre-Temps.

Elisabeth Schmit

Élisabeth Schmit est agrégée d’histoire et docteure en histoire du Moyen Âge. Elle est l’auteure d’une thèse sur la transformation des institutions judiciaires en France après les bouleversements de la guerre de Cent ans (Paris 1 / Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) et s’intéresse plus largement à l’histoire des pratiques judiciaires à la fin du Moyen Âge. Après avoir enseigné à l’Université Paris 1 et à l’Université de Franche-Comté, elle occupe depuis la rentrée 2019 le poste d’Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) lié à la chaire du Pr. Patrick Boucheron au Collège de France. Elle dirige la rédaction de la revue.

Gaetan Bonnot

Enseignant à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne au sein du PIREH (Pôle Informatique de Recherche et d'Enseignement en Histoire). Il prépare depuis 2016 une thèse de doctorat sous la direction de Patrick Boucheron (Collège de France) et de Ghislain Brunel (Archives nationales) intitulée "Des traces aux échos d'une révolte : études sur la jacquerie de 1358".

Pauline Guillemet

Pauline Guillemet est née en 1989. Après une double licence d’histoire et archéologie à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, obtenue en 2010, elle poursuit ses études d’histoire au Centre d’études des mondes africains (CEMAF) au sein duquel elle obtient son Master en 2012. Elle travaille alors sur le développement d’un savoir anthropologique autour des populations de la côte swahili en Afrique de l’Est à la fin du XVIIIe siècle. La préparation de l’agrégation, obtenue en 2015, la conduit vers l’histoire contemporaine. Après trois années d’enseignement dans le secondaire, elle prépare actuellement une thèse à l’Université Gustave Eiffel (anciennement Paris-Est Marne-la-Vallée) sur la théorie du gothique chez John Ruskin dans la seconde moitié du XIXe siècle au Royaume-Uni, sous la direction de Frédéric Moret (Université Gustave Eiffel) et d’Étienne Anheim (EHESS).

Rémy Besson

Chercheur postdoctoral de l’Université de Montréal dans le cadre du partenariat international de recherche TECHNÈS, Rémy Besson a soutenu un doctorat à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été chercheur postdoctoral du Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international « Archiver à l’époque du numérique », puis au LLA-CREATIS (Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Spécialiste reconnu des rapports entre Histoire, Sciences humaines et cinéma à l’époque du numérique, il est également chargé de cours. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/. Il a publié, dernièrement, Shoah, une double référence ? (MkF éditions, 2017).

Florie Varitille

Pour cette semaine, les membres de la rédaction ont chacun sélectionné une oeuvre récemment découverte : à lire, à voir, à offrir... ou à garder en tête pour l'année prochaine.

 

61dykLn+qvL

Andrus Kivirähk, L’Homme qui savait la langue des serpents, 2007.

Par Gaëtan Bonnot

Si vous cherchez une lecture inspirée de contes et légendes pour Noël, pourquoi ne pas découvrir L’Homme qui savait la langue des serpents ? Dans ce roman d’Andrus Kivirähk, publié en 2007 et traduit en français en 2013, le lecteur suit Leemet, depuis le jeune garçon évoluant au sein de sa famille jusqu’à l’homme, le seul et dernier à parler la langue des serpents, qui permettait jadis à son peuple de se faire obéir des animaux. Notre personnage évolue aux côtés des siens dans une forêt médiévale estonienne merveilleuse, où deux australopithèques élèvent des poux géants aux capacités extraordinaires, les hommes des louves pour leur lait, et où les femmes tombent amoureuses d’ours balourds, quand cette sorte d’âge d’or sylvestre est à l’agonie. Les traditions ancestrales se trouvent menacées par l’arrivée de chevaliers teutons, poussant les gens à quitter la forêt pour se convertir au christianisme, vivre dans des villages et cultiver la terre. Face à ces bouleversements, les membres de la tribu se déchirent, éloignant le réveil rédempteur d’une Salamandre fabuleuse, et la fin d’un monde se dessine au fil des pages où se côtoient tonalités oniriques, ironiques et humoristiques. Si lointain que paraisse le monde de Leemet, des résonnances incisives avec notre temps sont sensibles, comme le montre Jean-Pierre Minaudier dans la postface de l’édition traduite : ce tiraillement incapable des hommes entre aveuglement en un progressisme à marche forcée et enfermement dans un passéisme mélancolique d’une symbiose au sein d’une nature magique livre une magnifique réflexion sur la mémoire et l’identité.

 

lune

François Jacob, Sur la lune de Nickel, 2018. 

Par Rémy Besson

Sur la lune de nickel  a été filmé à Norilsk (Russie), une cité de plus de 150 000 habitants qui se situe au nord du cercle polaire arctique. Tournée par une petite équipe – un réalisateur, un chef opérateur, une traductrice et une preneuse de son – en deux fois six semaines, le documentaire met en scène la vie dans le Nord (conditions extrêmes, difficultés à se déplacer, isolement). Il y est question des passe-temps d’un mineur, d’une jeune autrice rebelle, d’un chercheur en biologie, d’adolescents qui rêvent d’ailleurs, d’une metteuse en scène de théâtre.

Le documentaire rend aussi compte de l’inextricable lien qui unit l’agglomération – longtemps fermée aux non-Russes – à la mine Norilsk Nickel (NN). La municipalité n’aurait jamais vu le jour sans la mine et, encore aujourd’hui, si la ville continue d’exister après la chute du régime communiste, c’est que l’extraction de nickel et de palladium va bon train. Le contrôle de la mine sur la vie de la cité est d’ailleurs quasi-total, aussi bien en termes économiques, que culturels, sociaux et politiques. Loin d’être laudatif, le film porte un regard désenchanté sur cette situation.

François Jacob a aussi rencontré un militant qui s’intéresse à la fondation de la ville entre 1935 et 1957. Ce dernier, grattant sous le vernis d’une histoire officielle en plein déni, souligne le rôle des prisonniers du Goulag. Un ancien déporté – filmé à Moscou – revient d’ailleurs sur sa propre expérience. Du point de vue désenchanté sur le présent, on passe alors à un regard acerbe sur l’absence de représentation du passé et à une dénonciation du kitsch entretenu par NN.

Par petites touches, le film dresse ainsi un portrait sensible d’une cité qui concentre sur son territoire et dans son imaginaire plusieurs des maux de notre époque. Un documentaire à voir donc, sans hésiter, car il se pourrait bien que loin de Norilsk, il entre en résonance avec notre manière d’habiter le monde.

 

PartDuFils

Jean-Luc Coatalem, La part du fils, 2019.

Par Adrien Genoudet

Un soir, autour de la table du Réveillon de Noël, il manque celui dont on savait peu de choses. Il manque le vieil homme, posé habituellement en bout de table, celui qui mâchait les restes et qui ne parlait pas, celui qui disait que, somme toute, personne ne pouvait comprendre ce qu’il avait vécu.

Il arrive souvent, dans les récits familiaux, tissés de secrets et de silences, que l’on comprenne que la disparition d’un père, d’une mère ou d’un aïeul ouvre la voix des archives et des questions ; que tout ce qui reste d’héritage à des allures de portion congrue. Jean-Luc Coatalem, dans ce roman de la rentrée littéraire 2019, finaliste du Prix Goncourt, tente d’approcher la vie effacée de son grand-père, Paol. « Longtemps, dit-il, je ne suis quasiment rien de Paol hormis ces quelques bribes arrachées ». Si le projet narratif, dit ainsi, peut paraître banal – le narrateur le sait – le projet littéraire, lui, s’épaissit au fil du livre, en même temps que l’enquête intime persiste, s’enlise, s’enkyste. On a en effet trop souvent l’habitude des découvertes et des révélations mais nous sommes moins à l’aise face à l’inconfort des déconvenues. Partir du silence et de l’absence pour aller à la recherche d’un proche dont on ne sait rien, retourner sur ses traces (le narrateur arpente la Bretagne puis l’est des rails, là où Paol est déporté, dans l’enfer moite de Dora), interviewer les proches, tout cela nécessite d’accepter l’impasse face à la vérité qui se dérobe, fuite et s’enlise. La part du fils est un roman qui, par sa composition nouée, en panier d’osier, nous parle du glanage des traces et de l’errance de celui qui fouille pour, en fin de compte, ne trouver que sa propre solitude – et en cela, le livre est aussi rare que réussi.

En fermant le livre, on a le sentiment d’avoir contemplé le regard perdu d’un ami, autour de la table du Réveillon ; d’avoir compris qu’il pensait à celui qui a disparu et qui a laissé une chaise vide et qui, même à l’heure du trou normand, restera un inconnu fictif.

 

ogawa1

Yôko Ogawa, L’annulaire, 2005.

Par Pauline Guillemet

Il y a des romans dont on se souvient comme s’ils nous avaient été racontés, comme d’une histoire écoutée au coucher. Peut-être parce que ce qu’il nous en reste ce sont d’abord des images, des matières ou des couleurs. Quand je repense à L’Annulaire, je vois une salle de bain aux carreaux blancs qui résonnent et des étagères chargées de tubes à essais dans lesquels on distingue des formes dont les contours s’évanouissent dans le formol. C’est un roman japonais mais ce n’est pas au Japon que mon souvenir situe l’intrigue.

Ce sont justement des souvenirs qui sont enregistrés dans les tubes à essais. Comme les images qui s’associent au livre dans ma mémoire, les souvenirs sont attachés à des objets dans cette histoire. Pour oublier il suffit d’apporter l’objet au laboratoire et de laisser le professeur Deshimaru le transformer en « spécimen ». Par ce geste, le souvenir s’efface de la mémoire, le dépôt permet l’oubli.

Enregistrer ainsi la mémoire, la conserver et la classifier, c’est à cela que servent nos archives.  Pourtant, ici, il ne s’agit pas d’enregistrer pour se souvenir mais pour oublier, pour contrecarrer la nostalgie. Je me suis demandé si ce n’était pas la même chose pour nos documents archivés.

Que fait-on quand on range dans une boite ? Est-ce pour faciliter le souvenir ou l’oubli ?

Faire de l’histoire c’est parfois essayer d’imaginer ce qui manque, ce qui n’est pas parvenu, ce qui n’a pas de traces. Chez Yoko Ogawa, c’est le chemin inverse, les traces et la matière rendent possible l’oubli. Ce qui n’a pas de forme est destiné à rester dans la mémoire.

Un livre à lire dans ces moments de fête qui forment des souvenirs.

 

Eclats_Cognet

Christophe Cognet, Éclats. Prises de vues clandestines des camps nazis, 2019.

Par Élisabeth Schmit

« L’aventure d’un regard » : c’est la formule trouvée par Christophe Cognet pour décrire d’un mot Éclats. Son projet de film sur les photographies prises clandestinement dans les camps nazis est d’abord devenu un livre, qui les recense méticuleusement et les décrit. En amont du livre, il y a donc de longues recherches, sur les femmes, les hommes et les lieux – il y a beaucoup de paysages et d’archives arpentés. Et puis vient l’ouvrage, qui restitue les images, qui les donne à voir à travers son regard, un regard acéré, profondément inquiet, parfois chirurgical – mais sans aucune froideur. La précision des descriptions et des inlassables questions – parfois sans réponse – que posent les photographies, sur l’identité de leurs auteurs, de celles et ceux qu’elles montrent, sur les conditions des prises de vue, n’est jamais vaine. Elle est plutôt le reflet de l’admiration très palpable qu’éprouve Christophe Cognet pour les photographes et les risques immenses pris pour saisir quelques bribes visuelles du temps passé dans les camps – quelques brisures, quelques éclats. Il y a comme une volonté, patiente et très rigoureuse, de rendre justice à celles et ceux qui ont éprouvé et mis en oeuvre l’impérieuse nécessité de représenter les camps de l’intérieur.

 

9791034730353-couv-M800x1600

Cyril Pedrosa et Roxane Moreil, L’âge d’or, vol. 1, 2018.

Par Florie Varitille

Et si une princesse prenait la place d’un chevalier de la littérature médiévale traditionnelle et se voyait contrainte à l’exil par la trahison de son jeune frère ? Une héroïne au lieu d’un héros, voilà un procédé devenu classique dans la production jeunesse de ces dernières années. Le lecteur suit la quête de la princesse Tilda, accompagnée d’un fidèle vassal et de son écuyer, à la recherche d’alliés pour reconquérir son pouvoir. L’originalité de cet ouvrage est bien ailleurs. Lors de leurs aventures aux allures chevaleresques, les trois personnages font des rencontres singulières : des moniales cachées au fond d’une forêt mettent en commun les moyens de production et les fruits de leur travail, un érudit prône l’égalité entre les hommes et soulève la population d’une cité contre le pouvoir souverain. Certes les médiévistes y trouveront quelques hérésies, comme ces fameuses nonnes qui pratiquent des arts martiaux. Cependant ces transgressions conscientes ne visent pas à nous offrir une vision historique du Moyen Âge. Le but des auteurs est bien ailleurs, il s’agit d’interroger notre monde contemporain par cette fable sociale : stéréotypes de genre, réticences devant les changements, modalités de contestation face aux gouvernants (un beau sujet en ce mois de décembre). Et bien sûr, une quête médiévale ne serait pas complète sans trésor : quel est ce mystérieux coffre d’Ohman aux pouvoirs fabuleux ? Il semble bien qu’il faille attendre le volume deux pour le savoir… et pour peut-être voir se réaliser un « Grand soir » au Moyen Âge.

Publié le 23 décembre 2019
Tous les contenus de la rubrique "Exhumer"