Exhumer

Femmes entrepreneures : renouveau historiographique

Des femmes à la tête d’entreprises au XVIIIe siècle ? L’histoire est méconnue et pendant – trop – longtemps, les entrepreneures sont restées en marge des recherches en histoire des femmes ou en histoire du travail. Pourtant, elles n’étaient pas si marginales qu’on ne l’a d’abord cru.

nypl.digitalcollections.510d47e1-2cc7-a3d9-e040-e00a18064a99.001.w
Otto Bacher, « View from the New York Business Woman’s Club », 1901.

 

Henri Hauser déclarait déjà en 1897 : « C’est une opinion assez généralement répandue que l’emploi des femmes dans l’industrie est une invention des temps modernes. On se figure volontiers que les siècles passés ont laissé exclusivement la femme à son rôle d’épouse et de mère ; c’est, dit-on, le régime capitaliste, c’est la liberté du travail et la machine, qui ont créé ces types nouveaux : l’ouvrière, la patronne, la jeune apprentie. Mais l’histoire constate qu’elle n’est en accord ni avec les faits, ni avec les textes. »

Il a pourtant fallu attendre les années 1970 et l’avènement progressif d’une « histoire des femmes », dans la droite lignes des women studies américaines, pour que les historiens s’intéressent à la réalité du travail féminin. Il fallu attendre vingt ans de plus pour que commence à émerger une réflexion sur l’entrepreneuriat féminin sous toutes ses formes. Quittant la rhétorique de l’exclusion juridique et économique, les chercheurs ont alors mis en évidence l’existence de stratégies féminines qui confirment l’écart entre la norme et la pratique. Les études de cas se sont enfin multipliées, rendues possibles par la mobilisation de sources nouvelles (correspondance, actes notariés…).

Mais si le cas des veuves, des filles majeures ou des marchandes publiques est aujourd’hui mieux connu, celui des épouses indépendantes en affaires continue de soulever nombre de questions. Le cas de Marguerite Blakey, propriétaire du Magasin Anglais à Paris durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle-même mariée et à la tête d’une affaire dans laquelle son mari interfère peu, est à ce titre particulièrement intéressant à analyser.

Vous pouvez cliquer sur ce lien pour lire l’entièreté de l’article sur Mondes Sociaux

Publié le 30 septembre 2019

partenariat